Archives par auteur: assosprf

Groupes de Travail

Présentation

Séminaires
Permanents
Conférences

Groupes
de
Travail

Journées
et
matinées
Scientifiques

Activités Ouvertes

Activités
en lien
avec la SPRF

Historique

Vidéos

Les groupes de travail sont assurés par les membres de la SPRF et sont destinés en priorité aux AEF. Ils peuvent être ouverts au public sous certaines conditions (voir la rubrique ‘Activités ouvertes’)

 

  • 2019-2020

Groupe de lecture de Freud

Responsables : Hélène D’AVOUT (helenedavout@homail.com) et Catherine LACHENY (catherine_lacheny@yahoo.fr)

Réunions : le 1er mardi du mois, à 21 heures.

Première réunion le mardi 3 septembre 2019 à 21 heures.

Pour sa deuxième année, ce groupe poursuit une lecture chronologique de Freud.

Après l’étude des textes autour de « La naissance de la psychanalyse », travaillés l’an passé, nous repartirons des « Trois essais sur la théorie sexuelle », en continuant de tenter de faire des liens avec le travail clinique.

Ce groupe ouvert aux analystes en formation et aux personnes extérieures à la SPRF qui souhaiteraient échanger avec d’autres, à partir de l’œuvre de Freud, peut accueillir quelques nouveaux participants.

Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec les responsables.

 

Elaboration clinique et théorique des entretiens préliminaires

Responsable : Catherine DESVIGNES (06 81 68 17 61)

Réunions : le 1er jeudi du mois, à 21 heures.

Première réunion le jeudi 3 octobre 2019 à 21 heures.

Approche théorique et cliniques des premiers entretiens.

Le groupe poursuivra ce travail à partir du concept freudien de l’après-coup et son implication dans l’engagement d’une cure analytique ou d’une psychothérapie.

C’est à partir de l’étude du rapport CPLF 2009 de J. André : « L’événement et la temporalité. L’après-coup dans la cure », lu pendant les vacances, que le séminaire débutera.

Ce groupe peut accueillir encore une personne.

 

Groupe de lecture de textes psychanalytiques en anglais

Responsables : Anna DAL MAS (anna.dalmas@belgacom.net), Zoé ANDREYEV (zoe.andreyev@gmail.com)

Réunions : un samedi matin par mois

Lecture et discussion en anglais d’auteurs de langue anglaise.

Ce groupe est complet.

 

Nouveau groupe : La psychanalyse entre les langues

Responsable : Zoé ANDREYEV (zoe.andreyev@gmail.com)

Réunions : le 4ème mardi du mois.

Première réunion le mardi 22 octobre 2019.

Ce nouveau groupe se propose d’explorer les questions théoriques et cliniques que peut faire émerger l’instabilité linguistique (soit inter-, soit intralinguistique) dans une psychothérapie ou une psychanalyse. Ce groupe ne s’adresse pas qu’aux analystes multilingues : en effet, nous avons tous des patients qui parlent et vivent dans plusieurs langues. Ces situations cliniques nous offrent une perspective spécifique sur l’étrangeté et l’altérité de notre propre langue maternelle, ainsi qu’un point de départ pour une exploration de ce « royaume intermédiaire » de l’entre-deux transférentiel où langage et sexualité s’entremêlent dans la sensorialité des mots, au-delà parfois du sens. A partir de là, nous explorerons aussi des situations cliniques où cette « autre langue » peut prendre des formes très diverses, pas nécessairement linguistiques. Quelle est la « langue » de la sexualité infantile, comment se traduit-elle, comment parle- t-elle ? Nous lirons des textes et discuterons de situations cliniques amenées par les participants.

Quelques références bibliographiques :

  1. Amati-Mehler, J., Argentieri, S. et Canestri, J., La Babel de l’inconscient: langue maternelle, langues étrangères et psychanalyse, Le fil rouge Paris, P.U.F., 1994
  2. « Langue et courants sexuels », Annuel de l’APF, Paris, P.U.F. 2010

Contacter Zoé Andreyev par mail (zoe.andreyev@gmail.com)

 

Nouveau groupe : À l’écoute du corps

Responsable : Hélène d’AVOUT (helenedavout@hotmail.com)

Ce groupe est coanimé par Muriel Gayet et Hélène d’Avout.

Réunions : le 4ème jeudi du mois, à 21h.

Première réunion le jeudi 26 septembre 2019.

Une psyché sans corps… ça n’existe pas ! Le travail de l’analyste l’amène souvent à élaborer avec ses patients, à travers le langage, des manifestations corporelles qui s’expriment dans le processus analytique.

Mais sans doute sommes-nous assez critiques et défendus vis à vis d’une possible « préoccupation analytique primaire » d’un analyste, sensible à ses éprouvés corporels, sorte de « chimère » signant une imbrication des deux protagonistes où les capacités d’identification primaire, parfois très sollicitées chez l’analyste, signaleraient peut-être un besoin de traduction du patient.

Comment le corps pulsionnel, sexuel, le corps « de chair » de l’analyste est-il engagé dans son écoute ? Comment les différents registres de symbolisation peuvent-ils coexister, s’éclairer, s’enrichir, s’annuler ?

Ce nouveau groupe de travail s’inspire, pour sa méthodologie, des groupes de la FEP sur « La spécificité du traitement psychanalytique aujourd’hui » et des « Free clinical groups ».

La modalité consisterait à laisser libre cours aux associations des participants, en étant plus particulièrement réceptifs aux éprouvés corporels, impressions sensori-motrices, émotions traversant les participants, attentifs également à la prosodie, au rythme, lors de la présentation clinique d’une séance d’un patient en analyse ou en thérapie. Laisser ce temps pour éprouver ce qui peut l’être.

A la fin, le présentateur, jusque-là silencieux, aura la possibilité de déployer ses propres associations, y compris ses sensations corporelles, en écho à celles des participants.

Ce groupe est ouvert aux Membres et Analystes en Formation. Modalité particulière de travail : nous pensons nécessaire que le groupe, une fois constitué, reste stable.

Les personnes intéressées peuvent contacter Hélène d’Avout.

 

Nouveau groupe : Perspective historique sur la technique analytique et lecture de textes

Responsable : Jean-Philippe COZ (jeanphilippecoz@gmail.com)

Première réunion le jeudi 7 novembre 2019.

Nous réfléchirons aux questions relatives à la « technique analytique » en adoptant un point de vue historique. Nous nous appuierons sur la lecture de textes (dégagement de la méthode cathartique et de l’hypnose, découverte de la résistance, du transfert…) et sur des situations cliniques apportées par les participants.

Quelques références bibliographiques :

  1. Freud, La technique psychanalytique, PUF, 1953.
  2. Etchegoyen, Fondements de la technique analytique, Hermann, 2005.

 

Séminaire modes d’être psychotique

Responsable : Antoine NASTASI (anrod@wanadoo.fr) avec la participation de Catherine KESTEMBERG-HARDENBERG (SPP)

Réunions : le 4ème mercredi du mois.

Il est des modalités persécutives névrotiques, des vacillements de la réalité ainsi que des hallucinations isolées. Il est aussi des images visionnaires. Plus pesant, mais sans délire apparent, est le commerce délirant avec l’objet.

Le délire voisine avec le rêve, le fantasme, le mythe et se décline en autant de formations intermédiaires dont on perçoit les nuances dans la force du transfert.

Ce séminaire est ouvert aux analystes, aux analystes en formation ainsi qu’à certains cliniciens ayant une expérience en rapport avec la thématique.

 

Groupe de préparation du 80ème Congrès des Psychanalystes de Langue Française

Responsables : Elisabeth ABDOUCHELI-DEJOURS (edejours@yahoo.fr) et Joël BOUYX (joelbouyx@gmail.com)

Réunions : Le 2ème jeudi du mois.

Première réunion le jeudi 10 octobre 2019.

Le prochain CPLF se tiendra à Jérusalem (Israël) du 21 au 24 mai 2020, sur le thème : « Ce qui a lieu : espaces psychiques et lieux du traumatique ».

 

Groupe de lecture de Freud en allemand

Responsables : Zoé ANDREYEV et Monica d’ALANÇON

Réunions : les premiers lundis du mois, à partir d’octobre.

 

Séminaires Mensuels – Conférences

Présentation

Séminaires
Mensuels
Conférences

Groupes
de
Travail

Journées
et
matinées
Scientifiques

Activités Ouvertes

Activités
en lien
avec la SPRF

Historique

Vidéos

 

Séminaires mensuels

Les séminaires suivront deux axes :

  • théorique (1) : « Les processus identificatoires et la notion d’identité : quels rapports ? »
  • technique analytique (2) : « Les aménagements du cadre ».

⇒  Voir :  Les activités ouvertes

 Les séminaires mensuels ont lieu le 3ème mercredi du mois. 9 séances sont prévues en 2019-2020.

  • Mercredi 16 octobre 2019 (1)

Zoé ANDREYEV/Jean-Philippe GUÉGUEN

Introduction au séminaire sur les processus identificatoires et la notion d’identité : « Les concepts d’identification et d’identité ».

  • Mercredi 20 novembre 2019 (1)

Muriel SOULIÉ

Dépersonnalisation, identité poreuse, altérité, dans le processus analytique.

  • Mercredi 18 décembre 2019 (2)

Joël BOUYX

Le psychodrame analytique, une approche originale des patients somatiques.

  • Mercredi 15 janvier 2020 (2)

Antoinette MURZEAU

Pourquoi je suis trisomique ?

  • Mercredi 26 février 2020 (2)

Bernard TOUATI

Processus psychanalytique chez l’enfant, de la consultation aux traitements.

  • Mercredi 18 mars 2020 (1)

Cathie SILVESTRE

L’identification, talon d’Achille.

  • Mercredi 22 avril 2020 (1)

Joëlle PICARD

Identité et identités, un dialogue entre psychanalyse et ethnologie à travers la pensée de G. Devereux.

  • Mercredi 27 mai 2020 (1)

Jean-Claude STOLOFF

A propos d’un trouble de l’identité sexuelle masculine : réflexions sur les relations entre identité et identification.

  • Mercredi 17 juin 2020 (1)

Jolanta TIJUS-GLAZEWSKI

Scandale de la différence et féminin : questions autour de l’identité féminine.

ACTUALITÉS – Après-Coup – Débats

Annonce de la Revue Esquisse(s)

Après une année un peu mouvementée nous allons pouvoir reprendre la publication biannuelle de la revue Esquisse(s) grâce aux éditions Kimé que nous avons rejoint. Nous en sommes très reconnaissants à Béatrice Charrié car peu d’éditeurs acceptent aujourd’hui de soutenir les revues.

Crudité et Suspens sont les thématiques des numéros à paraître en 2019.

Pour offrir un abonnement, rien de plus simple : il suffit de nous envoyer l’adresse de celui à qui vous le destinez, ainsi que le règlement à l’ordre des éditions Kimé (27euros), le tout à l'adresse postale suivante : Revue Esquisse(s), 96 rue Lafayette 75010 Paris. Pour tout abonnement offert, un numéro déjà paru de votre choix vous sera offert.

Vous avez aimé les précédents numéros d’Esquisse(s) ? Alors faites-en profiter vos amis contre un chèque envoyé à l’ordre des éditions Kimé à l’adresse Revue Esquisse(s), 96 rue Lafayette, 75010 Paris.  numéro (14 euros/numéro). Votre commande vous sera immédiatement adressée en retour à l’adresse indiquée. Le 1er numéro Traduire étant épuisé, il fera l'objet d'une réédition augmentée.

Ainsi vous nous permettrez de poursuivre cette aventure éditoriale.

Nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d'année.     Le comité de rédaction

  ESQUISSES-1

                                                   ♦

30 mai - 2 juin 2019

      CONGRÈS DES PSYCHANALYSTES DE LANGUE FRANÇAISE, à Paris

« BISEXUALITÉ PSYCHIQUE, SEXUALITÉ et GENRE »

programme scientifique C.P.L.F. | Bulletin d'inscription C.P.L.F.

                                                                                             ♦

11-14 avril 2019

           CONFÉRENCE ANNUELLE de la FEP,  à Madrid

                                             "CORPS "   

                      voir le site :   http://www.epf-fep.eu/fre

                                                         ♦

 

9 Février 2019

         Colloque de la Revue Française de Psychanalyse, à Paris

                                 "REGARD"

                                                  http://www.rfpsy.fr

                                                       ♦

Octobre 2018 

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication de :

PSYCHANALYSE et CIVILISATION CONTEMPORAINE

Quel avenir pour la Psychanalyse ?

Jean-Claude STOLOFF, Collection ‹ Souffrance et Théorie ›,  P.U.F.

Juillet 2018

« Rapport d’experts sur les avancées et apports des psychanalystes français dans le champ de la santé mentale, de la jeunesse et de  la culture »  
RAPPORT D'EXPERTS JUILLET 2018

Ce rapport a été réalisé sous la coordination de Pascal-Henri Keller et de Patrick Landman dans le prolongement des travaux du « Groupe de contact » qui réunit de nombreux collègues des différentes associations psychanalytiques, dont des représentants ont été reçu au Ministère des Solidarités et de la Santé en février 2018.

Étayé sur les références de nombreuses publications représentant les différents courants de la psychanalyse contemporaine, il défend la valeur de la psychanalyse - tant dans la cure individuelle qu’en institution - et montre son apport auprès du public, en particulier auprès des enfants et de la jeunesse, ainsi que dans la culture dans son ensemble. Il veut soutenir auprès des pouvoirs publics les actions et projets qui se réclament de la psychanalyse.

Il a été signé par 17 associations psychanalytiques, dont la SPRF, Société Psychanalytique de Recherche et de Formation.

Mai 2017

    • Un analyste, un auteur : Joëlle PICARD, George DEVEREUX

Certains auteurs nous influencent durablement dans notre pratique d'analyste, parfois à notre insu. Ce ne sont pas forcément les plus "classiques", et ce ne sont pas toujours des analystes.

George Devereux, membre de la SPP de 1965 à sa mort en 1985, a vu les projecteurs récemment braqués sur lui à l'occasion du film tiré par Arnaud Desplechin de son livre Psychothérapie d'un Indien des Plaines. Sa postérité en France est en effet essentiellement représentée par des praticiens de l'ethnopsychiatrie. Mais ce physicien devenu anthropologue, s'intéressant à la psychanalyse au contact de tribus indiennes avant d'entamer une analyse personnelle et devenir analyste lui-même, a laissé une pensée analytique originale, qu'il définissait d'ailleurs lui-même comme "ethnopsychanalyse complémentariste". À travers les diverses cultures qu'il a pu rencontrer dans son activité ethnographique, il y pense la place de la culture dans la constitution de la psyché, à la suite de Freud, mais différemment, et nous permet d'entendre l'universalité de l'âme humaine, dont les variations culturelles manifestes ne sont que les facettes.
Dans notre société qui change, dont les modèles évoluent sans que nous puissions savoir s'il ne s'agit pas d'un changement de culture, sa pensée peut nous aider à rester analystes.

Mars 2017

Janvier 2017

    • Au-delà de la répétition, l'invention. Transmettre ce que l'on cherche.

    • Présentation du livre d’Yvonne GUTIERREZ : Au-delà de la répétition, l’invention
    • L’Harmattan ("Études Psychanalytiques").
      Introduction par Catherine DESVIGNES
    • Interventions de René KAËS et Jean-José BARANES
      Interventions d’Anne PINARD-GAUTREAU et Agnès MOLINARD (voir les interventions)

Novembre 2016

Juin 2016

    • Actualité de la pensée de Jean-Paul VALABREGA
    • Introduction par Jean-Claude STOLOFF

      "Pour une anthropologie psychanalytique", par Cathie SILVESTRE
      "Une théorie de la supervision : l'analyse quatrième", par Daniel ZAOUI
      "Phantasme, mythe et délire", par Antoine NASTASI

Avril 2015

Piera Aulagnier fait précéder son ouvrage majeur La violence de l’interprétation de ces mots :

« La dette contractée par nous depuis longtemps avec le discours psychotique est loin d’être réglée… Sur un point nodal en effet le psychotique et nous-mêmes nous retrouvons dans un rapport de stricte réciprocité : l’absence d’un présupposé partagé lui rend notre discours aussi discutable, questionnable, et privé de tout pouvoir de certitude que peut l’être le sien pour notre écoute. »

Ainsi définie, cette dette reconnue, revendiquée, établit une symétrie qui n’est pas superposable à celle qui unit transfert et contre-transfert. Il s’agit de souligner combien la tentative de compréhension et d’interprétation de la problématique psychique d’un autre individu, exercice difficile lorsque le discours se situe dans un registre proche sinon commun, obéit à d’autres présupposés lorsque les règles d’un discours sont à trouver, voire à créer, pour le rendre accessible et peut-être partageable.

  • Au modèle de la remémoration directe des souvenirs s’est ajouté au cours du développement de la technique psychanalytique, celui de la construction de ce passé oublié qui ne pouvant être le résultat d’une remémoration directe par le patient doit faire l’objet de constructions au cours de la thérapie analytique.
    A la conviction issue de la retrouvaille directe des phantasmes et des souvenirs infantiles s’est donc substituée une nouvelle forme de conviction issue de la vraisemblance de constructions portant sur des pans entiers d’un passé non remémorable.
    Pour Freud c’est la force de cette conviction, ainsi que son caractère productif d’associations nouvelles et de souvenirs oubliés permettant la mise au jour de nouvelles couches de la vie phantasmatique, qui signent la véracité de la construction en analyse.
    S’agit-il de l’émergence d’un nouveau paradigme de la psychanalyse qui remplacerait l’ancien ou bien plutôt de son prolongement ?
    A quels nouveaux problèmes cette notion de conviction confronte-t-elle le psychanalyste, et plus généralement la psychanalyse, du point de vue épistémologique ?

Mars 2014

Avril 2013

  • Rencontre avec Michaël PARSONS

Construction d'une identité : réflexions sur la formation psychanalytique.
Réponse de Catherine DESVIGNES à M. Parsons

La formation du psychanalyste.
Réponse d'Yvonne GUTIERREZ à M. Parsons

Mars 2012

Conférence d'Yvonne GUTIERREZ
Commentaire d'Alice BURAS

ARGUMENTS : André Green dans son ouvrage Narcissisme de vie. Narcissisme de mort se posait déjà la question de savoir si les travaux de Winnicott n'avaient pas subrepticement modifié la pensée et la pratique analytique en créant une sorte de troisième topique (le soi et l'objet). A partir de cette remarque et de leur propre expérience, deux analystes échangent et dialoguent à propos de l'influence de Winnicott sur l'évolution de la pratique de la cure.

Explication Logo

Ce schéma est celui que Freud propose dans un manuscrit écrit en 1895 « L’ Esquisse d’une psychologie scientifique »  retrouvé dans les lettres qu’il envoya à son ami Fliess et publié dans « Naissance de la psychanalyse » PUF 1956, p.342.

Freud tente d’y exposer ses intuitions nouvelles. Il cherche à établir  la psychanalyse sur une base scientifique, juxtaposant  des notions provenant de la neurobiologie avec ses propres observations cliniques.

 Pour lui, à cette époque, le Moi fonctionne simultanément à un niveau physiologique avec la gestion de l’énergie qui circule entre les neurones et à un niveau psychologique, comme instance chargée d’entraver les processus psychiques primaires.

Bien que ses théorisations aient considérablement évoluées par la suite, il gardera toujours cette idée que corps et psychisme sont indissociables l’un de l’autre.